Les essais nucléaires en Polynésie française

   
   
 
   

 

    Les essais sur barge
     
   

Barge arrimée dans le lagonEn 1966 et 1967, quatre essais ont été effectués sur des barges ancrées dans les lagons, 3 à Mururoa et 1 à Fangataufa.

La barge supportant l'engin à tester était positionnée par des fonds d'une trentaine de mètres, entre 700 et 1 700 mètres au large d'un poste d'enregistrement avancé (PEA). Ces essais entrainaient une forte interaction entre la boule de feu et les composantes naturelles de lagon. Ils ont induit de nombreux produits d'activation qui, associés aux produits de fission, ont été transférés aux eaux de mer, sédiments et coraux du site.

   
Après un essai de ce type, il fallait attendre environ un mois pour que la décroissance des produits radioactifs permette le retour à une activité normale dans la zone de l'essai.
     
    Les essais sous ballon captif
     
   

Dispositif de mise en place et d'ancrage du ballonDe 1966 à 1974, 31 essais sous ballon captif ont été effectués à Mururoa et 3 à Fangataufa. L'aérostat sous lequel était fixé l'engin à tester était positionné à quelques centaines de mètres d'altitude. Ce ballon était maintenu par des câbles arrimés à 3 barges ancrées face à un PEA.

L'intérêt de ce mode d'essai était de réduire les conséquences radiologiques pour l'environnement et donc pour les populations en diminuant les retombées locales et régionales. En effet, en se réfléchissant sur la surface du lagon, l'onde de choc générée par l'explosion projetait les éléments radioactifs dans la haute atmosphère, où l'activité des masses d'air diminuait rapidement avec le temps du fait de la décroissance radioactive des radionucléides et de leur dilution lors de la dispersion par les vents. Après contrôle par le service chargé de la radioprotection, le personnel pouvait donc, en général, revenir sur le site quelques heures après l'essai.

     
    Les essais à partir d'avion
     
   
Mirage III ayant servi pour le tir Tamara du 28 août 1973En reproduisant l'utilisation des armes nucléaires , les essais réalisés par largage à partir d'avions ont permis de valider le fonctionnement des armes dans des conditions opérationnelles. Trois de ces essais d'engins, proches des versions militaires, ont été réalisés en 1966, 1973 et 1974 à proximité des sites d'expérimentations. L'explosion de ces engins a eu lieu à des altitudes similaires à celles des essais réalisés sous ballon captif.
     
    FOCUS