Les essais nucléaires en Polynésie française

   
   
 
   

 

    Protéger le personnel et la population
   

 

   

Contrôle des équipages des avions Vautours effectuant les pénétrations pilotées dans le nuage.Les efforts des équipes chargées des essais pour réduire autant que techniquement possible les risques d'exposition du personnel et des populations ont été importants et constants pendant toute la période des essais.

C'est à la suite des essais atmosphériques qu'un nombre réduit des membres du personnel, essentiellement les pilotes d'avion chargés des opérations d'échantillonage dans le nuage radioactif, a été exposé aux doses les plus élevées.

   

Vaches dans les paturages de Tahiti

Pour les populations, les expositions potentielles les plus élevées ont été évaluées aux Gambier, à Tureia et à Tahiti, lors des retombées immédiates après les essais Aldébaran en juillet 1966, Rigel en septembre 1966, Arcturus en juillet 1967, Encelade en juin 1971, Phoebé en août 1971 et Centaure en juillet 1974.

   

Avant chaque essai des moyens importants étaient mis en oeuvre pour prévoir :

      la situation météorologique, au moment de l'explosion et durant les heures et les jours suivant l'essai ;
      la localisation et l'intensité des retombées radioactives, afin de s'assurer qu'elles ne provoqueraient pas une exposition du personnel du CEP et des populations au-delà des limites réglementaires.

   
Les études épidémiologiques
   
Depuis 1994 plusieurs études épidémiologiques ont été réalisées sur les populations polynésiennes. Elles sont principalement menées par l’Inserm. L’Office de protection contre les rayonnements ionisant participe également à ces études, tout comme l’Institut Gustave Roussy de Villejuif, ainsi que le centre hospitalier territorial de Mamao à Papeete, l’Institut de recherche pour le développement de Arue (Tahiti), et la Direction de la santé à Papeete.
En février 2002, les résultats de ces études ont été exposés par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques de l’Assemblée nationale dans un rapport intitulé : « Les incidences environnementales et sanitaires des essais nucléaires effectués par la France entre 1960 et 1966 et éléments de comparaison avec les essais des autres puissances nucléaires. »
    Bilan actuel des études épidémiologiques.
   

L'interprétation des données obtenues sur les populations vivant en Polynésie comme caractérisant les populations de référence, doit être effectuée avec précautions, du fait du diagnostic différentiel parfois difficile entre un cancer bien identifié et un nodule non-cancéreux et du faible nombre de cas observés.

L'étude de l'incidence des cancers en Polynésie française entre 1985 et 1995 ne montre pas de répartition particulière pouvant être directement reliée aux essais nucléaires au CEP, qu'il s'agisse de la répartition géographique, de l'étude particulière des groupes " sensibles " ou des taux de tumeurs susceptibles d'être radio-induites, comme les cancers thyroïdiens ou les leucémies de l'enfant et de l'adolescent.

Pour l'avenir, deux points apparaissent particulièrement importants :

    l'évolution des classes d'âge de la population polynésienne et
    la qualité de la comparaison par rapport à des populations dites de référence.

D'une manière générale, la population polynésienne est une population très jeune. Il faut donc s'attendre au cours des prochaines années, à une augmentation des taux bruts de cancers du fait du vieillissement moyen de la population.

Une étude complémentaire est en cours et concerne les facteurs de risque du cancer
en Polynésie française (étude cas témoin). Elle est réalisée conjointement par l'Insitut de recherche pour le développement (IRD), l'Institut Gustave Roussy (IGR) et l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).
   

FOCUS
Qu'est ce que " l'incidence " d'une maladie ? cas de la Polynésie française.


       
    Pour en savoir plus, consultez le rapport de l'Office Parlementaire d'Evaluations des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST).