Réalisation de l’équipement scientifique PETAL auprès du Laser Mégajoule

Réalisation de l’équipement scientifique PETAL auprès du Laser Mégajoule Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine et Daniel Verwaerde, directeur des applications militaires du CEA, ont signé, le 30 septembre à Bordeaux, un accord pour la réalisation de l’équipement scientifique PETAL (PETawatt Aquitaine Laser) auprès du Laser Mégajoule (LMJ).
Lancé en 2003 par la Région Aquitaine avec le ministère chargé de la Recherche et l’Union européenne, le projet PETAL consiste à réaliser une chaîne laser multi-petawatt (impulsions ultra-brèves de quelques picosecondes) couplée à un laser à haute énergie (impulsions longues de quelques nanosecondes). Avec ce projet, la Région souhaite offrir à la communauté académique l’accès à un outil de recherche d’avant-garde.
La première phase du projet, qui a permis de valider les options techniques et de qualifier les composants les plus critiques du futur laser, s’est achevée en 2008. La question d’un couplage de PETAL à un très grand laser s’est posée. Les très larges potentialités qu’offre le LMJ comparées à celles beaucoup plus restreintes qu’offre la LIL, associées au rapprochement de réalisation des projets PETAL et du LMJ, ont conduit à proposer que PETAL soit construit auprès du LMJ.
Cet accord permet ainsi la création d’une très grande installation de physique expérimentale pour la recherche sur la fusion par confinement inertiel, l’étude de la matière sous conditions extrêmes, l’accélération de particules.
La Région Aquitaine assure la maîtrise d’ouvrage de ce projet. Elle contribue pour 22 M€, à ce projet évalué à ce jour à 54,3 M€.
Les caractéristiques uniques de ce grand instrument, permettront aux scientifiques français et étrangers d’explorer de nouveaux schémas de production d’énergie propre, de recréer en laboratoire des conditions physiques qui n’apparaissent par exemple que dans les étoiles, et de tester diverses applications médicales de la physique de l’interaction laser-matière.
L’accord donnera lieu à la mise en place fin 2010 d’une convention tripartite entre l’Etat, la Région Aquitaine et le CEA définissant les conditions techniques et financières de cette évolution.



Pour en savoir plus :
et :